Alain Bashung, né Alain Claude Baschung le 1er décembre 1947 à Paris, et mort dans la même ville le 14 mars 2009, est un auteur-compositeur-interprète et comédien français. Il devient, après un début de carrière difficile, une figure importante de la chanson et du rock français à partir du début des années 1980 et a influencé un grand nombre de chanteurs de la nouvelle scène française. Il est, à égalité avec Matthieu Chedid, le chanteur le plus primé aux Victoires de la musique avec 13 victoires obtenues tout au long de sa carrière.

Alain Bashung est né d’une mère bretonne, ouvrière dans l’usine Renault de Boulogne-Billancourt, et d’un père supposé kabyle, qu’il n’a jamais connu. La mère, qui n’a jamais voulu parler à Alain de cette liaison passagère, se marie peu après sa naissance avec Roger Baschung, un boulanger alsacien. Alain prend le nom de son beau-père et est envoyé, alors qu’il n’a qu’un an, chez les parents de celui-ci, dans les environs de Strasbourg, à Wingersheim, afin de bénéficier de meilleures conditions matérielles. lain passe ainsi son enfance à la campagne dans un milieu modeste et conservateur, avec Oma (Elisabeth Battenstein, née à Düsseldorf, le 26 mars 1897), une grand-mère qui ne parle pas le français. Son beau-père Roger lui offre pour ses cinq ans un harmonica Rosebud. L’enfant s’évade de l’ennui et de la solitude à travers la radio, ses premiers émois musicaux sont les valses de Strauss, Wagner ou Kurt Weill. Enfant de chœur à Wingersheim, il pratique aussi le basket-ball et le cyclisme. Plus tard, à travers les radios des bases américaines installées en Allemagne, il découvre le rock’n’roll : « J’avais l’impression que chaque morceau m’était adressé personnellement, pour la première fois je me suis senti heureux ».

Il revient vivre à Boulogne-Billancourt en 1959, chez ses parents. À la suite de l’obtention de son certificat d’études, il reçoit comme cadeau une guitare Lucky 7. Auprès de sa « marraine » Andrée, l’ancienne responsable du personnel et des œuvres sociales chez Renault, qui l’emmène aux concerts, il découvre les grandes figures de la chanson française, Édith Piaf, le rock américain de Gene Vincent, écoute à la radio Buddy Holly, qui deviendra un modèle, Elvis Presley.

Avec des musiciens rencontrés à Royan, Bashung forme un nouveau groupe qui écume les restaurants, les hôtels de province et surtout les bases américaines. Il commence difficilement sa carrière avec un premier 45 tours, à dix-neuf ans, Pourquoi rêvez-vous des États-Unis ?, en 1966. La même année, entré chez RCA comme arrangeur, il y signe la musique de quelques chansons pour Claude Channes, Évelyne Courtois alias Pussy Cat et Noël Deschamps. En juin 1967, lors d’un festival pop au Palais des Sports de Paris, il ouvre – avec Ronnie Bird et Noël Deschamps – devant les V.I.P.s, les Pretty Things, les Troggs et Cream. Entre 1972 et 1974, il compose une partie des musiques et coréalise trois albums et trois singles (dont Marilou) pour Dick Rivers.

En 1968, il est la révélation télé de la saison en participant et remportant avec la chanson Je vous crois la finale de l’émission « Tremplins de l’été », ce qui lui vaut un début de notoriété nationale.

À cette époque, il vit quelques mois chez le chanteur Christophe. Il enregistre Les Romantiques, en 1968, celui-ci ne rencontre cependant que peu de succès. À partir de ce disque, il supprime le « c » de son nom. Il enregistre ensuite les chansons Ni le ciel ni l’enfer, La Rivière, La Dernière Porte dont les arrangements sont confiés à Jean-Claude Vannier et André Georget.

En onze ans, il sort une douzaine de singles, dont l’un sous le pseudonyme de David Bergen, puis deux autres en 1976-1977 sous celui d’Hendrick Darmen, en tant que compositeur et interprète du groupe Monkey Bizness, tout cela sans grand écho.

Alain Bashung poursuit en 1979 avec Roulette russe, album très sombre et plus rock, mais qui reste, comme son prédécesseur, très peu diffusé. Il faut attendre la fin de 1980 et la sortie du 45 tours Gaby oh Gaby pour que le chanteur, alors âgé de bientôt trente-cinq ans, connaisse enfin le succès ; ce single se vend à plus d’un million d’exemplaires.

Il confirme son talent auprès de la critique musicale et son succès auprès du public, avec la sortie en 1981 de son album très rock Pizza, qui lui permet, grâce au tube Vertige de l’amour, d’entamer une tournée dans de grandes salles, notamment à l’Olympia à Paris. Pourtant, c’est à cette période qu’il se brouille avec Boris Bergman.

En 1982, Alain Bashung collabore avec Serge Gainsbourg pour l’album Play blessures. Ce disque est une rupture volontaire avec le succès énorme et inattendu de Gaby. Côté critiques, seuls Libération et les médias rock encensent l’album, tandis que le reste de la presse peine à adhérer à ce disque difficile d’accès : certains qualifieront même Bashung de « Johnny Hallyday new wave ». Cet album est pourtant aujourd’hui considéré comme une pièce essentielle de la discographie du chanteur.

En 1983, l’album plus sombre Figure imposée, écrit en collaboration avec Pascal Jacquemin, reste tout aussi confidentiel. Mais le succès revient, en 1984, avec le single S.O.S. Amor.

En 1985, Alain Bashung interprète Touche pas à mon pote, pour l’association SOS Racisme. La sortie de Live Tour 85 et les désaccords quant à son format marquent la fin de la collaboration entre Bashung et sa maison de disques Philips. Barclay, qui vient de signer les jeunes Noir Désir la même semaine, lui ouvre ses portes.

En 1986, avec Passé le Rio Grande il renoue avec la veine de ses premiers tubes et collabore d’ailleurs à nouveau avec Boris Bergman. Cet album est récompensé « Meilleur album rock » aux Victoires de la musique.

Mais en 1989, il revient aux sonorités sombres et new wave, aux expérimentations, sur l’album Novice.

À l’aube des années 1990, Alain Bashung souhaite rompre avec l’utilisation des machines et des synthétiseurs qu’il a beaucoup exploités durant la décennie précédente. Enregistré en partie à Memphis avec des musiciens américains, l’album Osez Joséphine sort en 1991. Une nouvelle fois écrit en collaboration avec Jean Fauque, cet album aux sonorités blues contient aussi quelques reprises de classiques du rock américain. À presque quarante-cinq ans, l’artiste élargit encore son audience, l’album se vend à plus de trois cent cinquante mille exemplaires et le single Osez Joséphine est son premier vrai tube depuis Vertige de l’amour, paru dix ans plus tôt. Sur le même album, on retrouve Madame rêve, titre rapidement incontournable de son répertoire, qui laisse entrevoir ses évolutions artistiques à venir.

En 1994, Le titre Ma petite entreprise est un nouveau succès pour Bashung. Dans la foulée, il entame une tournée de deux ans, couronnée, en 1995, par le double album en concert Confessions publiques.

À partir de 1994, Alain Bashung se consacre davantage à sa carrière de comédien débutée en 1981, notamment dans Ma sœur chinoise d’Alain Mazars.

En janvier 1998, sort le single La nuit je mens. Pour cet album, il reçoit trois Victoires de la musique en 1999.

En 2000, il sort Climax, un double album de compilations dans lequel il revisite certains de ses plus grands titres, dont Volontaire en duo avec Noir Désir. Cette année-là, il écrit pour Vanessa Paradis la chanson L’Eau et le Vin, qui figure sur son album Bliss.

En octobre 2003, Alain Bashung effectue son retour sur scène après huit années d’absence. Durant deux ans, il parcourt avec ses musiciens les routes de France, en passant par Bruxelles et Montréal. Cette tournée est immortalisée par un double album en concert : La Tournée des grands espaces.

Début 2007, il participe à la tournée des Aventuriers d’un autre monde, avec Jean-Louis Aubert, Cali, Daniel Darc, Richard Kolinka et Raphaël.

Le 28 février 2009, sur quatre nominations, il remporte trois trophées lors des Victoires de la musique 2009 : interprète masculin de l’année, album de chanson pour Bleu pétrole, et sa tournée a été désignée meilleur spectacle de l’année. Cette cérémonie, marquée par ses multiples récompenses, sera sa dernière apparition publique puisque, très affaibli, il décide d’annuler ses derniers concerts dans les jours qui suivent.

Atteint d’un cancer du poumon depuis plus d’un an, Alain Bashung meurt, le 14 mars 2009, à l’hôpital Saint-Joseph à Paris, à l’âge de 61 ans.

En février 2010, le magazine américain Rolling Stone place six de ses albums dans le Top 100 des meilleurs albums de rock français, avec notamment Osez Joséphine à la première place du classement et Fantaisie militaire en neuvième position.